#Actualité

Jour 5 : L’équateur en vue

Sodebo Ultim 3 est entré la nuit dernière dans le Pot-au-noir, vaste zone située au nord de l’équateur, dans laquelle convergent les alizés des hémisphères Nord et Sud et qui génère grains et bulles sans vent. D’où un ralentissement ce matin, qui ne devrait être que provisoire pour Thomas Coville et son équipage, attendus à l’équateur la nuit prochaine au bout d’environ cinq jours de mer. 

Après une journée de samedi à 30 nœuds de moyenne tout droit cap au sud, les « Sodeboys » doivent faire face depuis la nuit dernière aux caprices du fameux Pot-au-noir. Cette large bande qui, au nord de l’équateur, s’étire du nord du Brésil au Golfe de Guinée, est également appelée zone de convergence intertropicale, parce que s’y retrouvent les alizés de nord-est de l’hémisphère Nord et de sud-est de l’hémisphère Sud. Leur confrontation crée un phénomène météo très perturbé, avec d’un côté des grosses bulles sans vent, dont il peut être bien compliqué de s’extirper, de l’autre, des grains parfois violents, le vent pouvant monter subitement de quelques nœuds à plus de 30.

Certains y ont laissé beaucoup de plumes, d’où l’extrême attention portée par la cellule de routage météo pour choisir le meilleur point d’entrée, afin de permettre à Sodebo Ultim 3 de traverser le plus vite possible ce Pot-au-noir. Et à bord, il faut redoubler de vigilance, à la fois pour aller au bon endroit et éviter ainsi de tomber dans des « molles », mais aussi pour adapter les réglages aux conditions susceptibles de soudainement changer. Samedi, dans sa vidéo du jour, Martin Keruzoré, le media man (et régleur) de l’équipe confiait d’ailleurs : « Le Pot-au-noir n’a pas l’air simple, donc à mon avis, la nuit va être longue avec beaucoup de manœuvres. »

Et effectivement, le Pot-au-noir n’est évident pour Thomas Coville et ses sept équipiers, qui depuis quelques heures, ont vu leur marche en avant ralentie, perdant une partie de leur avance sur le tableau de marche d’Idec Sport, détenteur du Trophée Jules Verne (125 milles dimanche à 8h). Mais une fois sorti de la zone, sans doute dans la journée, Sodebo Ultim 3 va de nouveau reprendre de la vitesse pour basculer, la nuit prochaine, dans l’hémisphère Sud, après plus ou moins 5 jours de mer. Le chrono de référence à l’équateur est détenu par Spindrift 2 en 4 jours 19 heures et 57 minutes (janvier 2019), Idec Sport avait de son côté mis 5 jours 18 heures et 59 minutes lors de son Jules Verne victorieux il y a quatre ans.

François Morvan explique le pot-au-noir :

 

Nos articles similaires