Logo du Trophée Jules Verne

L’équipage Sodebo Ultim 3

Thomas Coville

52 ans Skipper

Skipper Sodebo depuis 1998, Thomas Coville a 8 tours du monde à son actif, dont 4 en équipage. Déjà double vainqueur du Trophée Jules Verne (en 1997 avec Olivier de Kersauson, en 2010 avec Franck Cammas), il vient de nouveau tenter le record, cette fois en tant que meneur d’hommes.

Thomas Coville
Thomas Coville
Skipper

A propos de Thomas

 

Qui dit mieux ? A 52 ans, Thomas Coville compte huit tours du monde à son actif, dont trois en multicoque en solitaire et deux en équipage, ce qui en fait le marin le plus expérimenté en la matière.

 

De son premier Trophée Jules Verne initiatique sous les commandes d’Olivier de Kersauson en 1997 à son record en solitaire en 2016 (49 jours 3 heures) après deux tentatives avortées, en passant par un succès sur la Volvo Ocean Race 2011-2012, le skipper de Sodebo a fait du tour de la planète son terrain de jeu favori. Un terrain de jeu synonyme de véritable ascenseur émotionnel, entre des échecs lorsque les océans lui refusaient le passage et des joies intenses avec l’aboutissement d’un record ou d’une victoire.
Des moments qu’il a cependant toujours su surmonter grâce à une pugnacité inscrite dans son ADN, une curiosité, qui le pousse à aller toujours plus loin dans sa quête de nouveaux horizons, et une passion restée intacte pour la navigation à voile et la technologie.
Aujourd’hui, après des années à courir les océans en solitaire ou en double, Thomas se lance à l’assaut du Trophée Jules Verne pour la première fois avec Sodebo et en tant que skipper. C’est un défi qui a jalonné son parcours : « Je suis habité par ce Trophée Jules Verne qui a changé ma vie, c’est très rare d’avoir des événements comme ça qui ponctuent votre existence », reconnaît-il. Après avoir détenu deux fois ce record du tour du monde comme équipier d’Olivier de Kersauson puis de Franck Cammas (en 2010), c’est cette fois dans la peau du chef d’équipe qu’il aborde ce défi à la fois humain et technologique.
Défi humain d’abord car il a endossé un rôle nouveau de sélectionneur, pour construire et souder un groupe autour d’un objectif commun – il s’est dans cette optique inspiré de Fabien Galthié, sélectionneur du XV de France de rugby, dont il est devenu proche. « L’objectif est de rendre le projet suffisamment crédible et enthousiasmant pour que tout le monde y adhère et soit en phase avec ta vision », explique le skipper de Sodebo Ultim 3.
Une fois lancé sur le Trophée Jules Verne, Thomas devra trouver la bonne recette pour imprimer le rythme tout en restant attentif à la cohésion de l’équipage, primordiale sur une telle odyssée.
Défi technologique ensuite, parce que pour la première fois, des multicoques volants vont s’attaquer à ce parcours mythique par les trois caps. « C’est fantastique, on entre dans une nouvelle ère, on découvre un monde du vol qui paraissait inaccessible et devient finalement un nouveau monde et presque une évidence.»
« Quand tu détiens le Trophée Jules Verne, tu es la référence mondiale absolue du temps à la voile autour de la planète, ça situe bien l’ambition et la difficulté de la tâche. En plus, il y a la possibilité de faire tomber la barre complètement mythique des 40 jours, nous avons rendez-vous avec cette histoire. » s’enthousiasme le skipper à propos du challenge sportif qui attend l’équipage de Sodebo Ultim 3

 

 

 

Palmarès d’un homme pressé

  • Vainqueur de la Transat Jacques Vabre 2017
  • Recordman de l’Atlantique Nord en solitaire en 4 jours 11 heures 10
    minutes 23 secondes
  • Recordman du tour du monde en solitaire en 49jrs 3hrs 7min 38sec – dec 2016 (amélioré par F.Gabart)
  • 2ème de The Transat 2016
  • 2ème de la Transat Jacques Vabre 2015

Thomas Coville, la quête de l’ultime

« L’homme se découvre quand il se mesure à l’obstacle : cette phrase d’Antoine de Saint-Exupéry dans Terre des hommes a résonné dans ma tête pendant des années avant que j’en comprenne toute la force. […] En me confrontant à l’espace et au temps, en décidant que mon désert serait liquide et à l’échelle de la planète tout entière, j’ai repoussé mes rêves. »

Découvrir la BD

L'équipageaux côtés de Thomas

François Duguet

39 ans Boat-Captain

Boat-Captain de Sodebo Ultim 3 depuis plus d’un an, François connaît le bateau comme sa poche ! Excellent marin et ingénieur de formation, ils sera le « mac gyver » du bord en plus de l’équipier d’avant de référence.

François Duguet
crédit: M. Kéruzoré
François Duguet
Boat-captain
  • Date de naissance : 08/05/1981
  • Nationalité : Française
  • Rôle à bord : Boat-captain
  • Devise : « Faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux »
  • Nombre de tentative de Jules Verne : 0

 

A propos de François

 

A 39 ans, François Duguet a beaucoup bourlingué, multipliant les expériences nautiques (Mini-Transat en 2007, match-racing, grands monocoques) et les plans d’eau lui permettant de découvrir la régate : Australie, Etats-Unis, Golfe Persique, Antilles, Baltique… L’ingénieur de formation a fini par se fixer en Bretagne pour rejoindre le team Sodebo en 2019, mais rêve encore d’évasion. Il a une véritable admiration pour l’explorateur britannique Sir Ernest Shackleton et, plus généralement, pour « les pionniers qui partent à la conquête des espaces vierges. » Autant dire que le Trophée Jules Verne tombe à pic pour permettre à ce sportif accompli (VTT, trail, ski…), « petit gabarit ultra-actif » selon Thomas Coville, d’assouvir sa soif de découverte. L’objectif du « boat-captain » de Sodebo Ultim 3, qu’il connaît sur le bout des doigts ? « J’ai une mission : que le bateau soit en ordre de marche pendant 40 jours. Le challenge est énorme, mais je sais que je suis capable de le mener à bien. »

Sam Goodchild

30 ans Régleur

Navigant sur Sodebo Ultim 3 depuis les premiers bords ou presque, Sam est aussi un figariste émérite avec une très belle expérience du large et plusieurs préparations à des tentatives de record du Trophée Jules Verne.

Sam Goodchild
crédit: M. Kéruzoré
Sam Goodchild
Régleur
  • Date de naissance : 19/11/1989
  • Nationalité : Anglaise
  • Rôle à bord : Régleur
  • Devise : «Better never stops »
  • Nombre de tentative de Jules Verne : 1

 

A propos de Sam

 

Sam Goodchild a la double particularité d’être à la fois le plus jeune et l’anglo-saxon de l’équipage de Sodebo Ultim 3. Et pourtant, malgré ses 30 ans (31 le 19 novembre), le natif de Bristol, s’est très rapidement forgé une expérience rare. Tout à commencer sur le bateau familial sur lequel il passe sept années de sa jeunesse. Ensuite, il enchaîne les différents supports. Après avoir découvert le Figaro, il s’illustre en Class40 (deuxième de la Transat Jacques Vabre 2019), est appelé comme équipier en Imoca et en multicoque avec Yann Guichard, se frottant ainsi à des préparations au Jules Verne.

Cette année, Sam a été un grand animateur du circuit Figaro qu’il n’avait plus fréquenté depuis six ans. L’Anglais « devenu de plus en plus français » (il est marié à une Française et vit en Bretagne depuis six ans) a su gravir les échelons patiemment, s’imprégnant de chaque expérience. Pour Thomas Coville, « Sam est d’une maturité incroyable, il me fait penser à un Laurent Bourgnon à l’anglaise, mais en plus posé et carré dans ses choix. » Le voilà au pied d’une haute montagne, le Trophée Jules Verne, dont il dit : « C’est un objectif et un rêve pour moi depuis longtemps, une expérience humaine qui va être très forte et un des plus grands challenges qui existent dans la voile. »

Corentin Horeau

30 ans Régleur

Après avoir fait ses armes en solitaire en Figaro Bénéteau, mais aussi en équipage sur le Tour de France à la voile ou en match race, Corentin intègre l’équipage pour un premier tour du monde ! Enthousiaste, sérieux et pugnace, c’est un bon élément pour le groupe.

Corentin Horeau
crédit: M. Kéruzoré
Corentin Horeau
Régleur
  • Date de naissance : 13/06/1989
  • Nationalité : Française
  • Rôle à bord : Régleur
  • Devise : «Vivre ses rêves »
  • Nombre de tentative de Jules Verne : 1

 

A propos de Corentin

 

Né à La Trinité-sur-Mer, Corentin Horeau a été bercé dès son plus jeune âge dans l’univers de la voile de compétition. Son papa Michel fut lui-même navigateur au large, équipier sur la Whitbread 1977-1978 à bord de 33 Export d’Alain Gabbay, puis, acteur dans les années 80 de la saga des grands multicoques. Issu de la filière dériveur de haut niveau, Corentin fait ses débuts en Figaro à 21 ans, vainqueur du prestigieux Challenge Espoir Bretagne Crédit Mutuel, avant de réussir trois ans plus tard à monter sur la deuxième marche du podium de la Solitaire du Figaro, son meilleur souvenir sportif à ce jour. Diplômé de marine marchande, il passé par de multiples supports qui lui ont permis de développer une vraie polyvalence (Multi50, Class40, Ultime, TP52, Diam 24…). Ce véritable touche-à-tout qui a séduit Thomas Coville « par son sérieux, sa pugnacité et l’enthousiasme dont il fait preuve dans le groupe », n’a pourtant jamais franchi l’équateur. Ce qu’il espère bien faire deux fois sur ce Trophée Jules Verne qu’il aborde avec l’envie « d’écrire l’histoire. »

François Morvan

37 ans Barreur-Régleur

Régatier émérite de voile légère, François est connu pour ses talents de barreur et de régleur. Coutumier du large, cette tentative de Jules Verne sera sa 3e !

François Morvan
crédit: F. Morin
François Morvan
Barreur-régleur
  • Date de naissance : 06/08/1983
  • Nationalité : Française
  • Rôle à bord : Barreur-régleur
  • Nombre de tentative de Jules Verne : 2

 

A propos de François

 

Il y a un peu plus de vingt ans, François Morvan décrochait, à 16 ans, le titre de champion du monde jeune en Hobie Cat 16. La première d’une longue série de victoires pour ce surdoué du multicoque formé à la Cataschool de Larmor-Baden. Selon son ami et coéquipier Matthieu Vandame dit : « C’est quelqu’un de très efficace sur tous les bateaux qu’il touche, doté de qualités de barreur et de régleur exceptionnelles. » Champion du monde de F18, plusieurs fois vainqueur du Tour Voile et du Bol d’Or, spécialiste mondialement reconnu de match-racing, le Morbihannais s’est fait happer par le large en 2013. Embarqué sur le maxi-trimaran Spindrift 2, il participe à deux tentatives sur le Trophée Jules Verne, dont un tour du monde bouclé, mais sans le record au bout. « Mon atout, c’est mon expérience des grands trimarans et le fait de connaître le parcours », concède d’ailleurs ce fan de Roger Federer, qu’il admire « pour sa résilience. » Et de la résilience, il en faudra assurément pour décrocher le Trophée Jules Verne…

Thomas Rouxel

37 ans Barreur-Régleur

Membre de la cellule performance au sein du team Sodebo, Thomas a déjà l’expérience des Ultim volants avant même de naviguer sur Sodebo Ultim 3. Son expérience et sa maturité en font un des piliers de l’équipe.

Thomas Rouxel
crédit: M. Kéruzoré
Thomas Rouxel
Barreur-régleur
  • Date de naissance : 26/11/1982
  • Nationalité : Française
  • Rôle à bord : Barreur-régleur
  • Devise : « Mieux vaut se taire et paraitre bête plutôt que de parler et prouver que tu l’es »
  • Nombre de tentative de Jules Verne : 1

 

A propos de Thomas

 

Avec Thomas Coville et Sam Goodchild, Thomas Rouxel est le plus expérimenté en matière de large au sein de l’équipage de Sodebo Ultim 3. C’est à Erquy, dans les Côtes d’Armor, où ses parents tenaient un hôtel-restaurant, qu’il a découvert la voile puis la compétition aux côtés de son frère Mathieu. Après les années dériveurs est venue l’heure de l’initiation au large, d’abord via le Tour de France, puis par la classe Figaro. Il découvre ensuite le multicoque en MOD70 et enchaîne avec la Volvo Ocean Race 2013-14 sur Dongfeng (3ème). En 2015, il fait partie de l’équipage de Yann Guichard sur une tentative de Trophée Jules Verne. Le tour est bouclé mais sans record à la clé. Puis, il d’accompagne Sébastien Josse en Ultime. Autant d’expériences qui font de Thomas un équipier très prisé. Il se démarque pour son touché de barre et son sens de la glisse, une vraie passion de cet adepte des sensations fortes (funboard, Moth à foil, kite…). Pour sa deuxième tentative et son troisième tour du monde, ce marin « posé, qui n’est pas dans le superlatif ni dans le sensationnel » selon Thomas Coville, a une grosse envie de « claquer » le record, lui qui estime qu’à huit à bord de Sodebo Ultim 3, « on peut faire des différences importantes si on est vraiment bien tous dessus. » Et vu le physique du garçon, on peut compter sur lui pour ne rien lâcher…

Matthieu Vandame

38 ans Régleur

Déjà membre d’équipage sur le précédent Ultim Sodebo, Matthieu impressionne par ses capacités physiques. Rompu à la vitesse, il sera plus particulièrement en charge du réglage des appendices qui permettent le vol de Sodebo Ultim 3 !

Matthieu Vandame
crédit: M. Kéruzoré
Matthieu Vandame
Régleur
  • Date de naissance : 24/06/1982
  • Nationalité : Française
  • Rôle à bord : Régleur
  • Devise : « Faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux »
  • Nombre de tentative de Jules Verne : 0

 

A propos de Matthieu

 

Formé, comme François Morvan, à la Cataschool de Larmor-Baden, Matthieu Vandame, est devenu en plus de dix ans un des meilleurs spécialistes français du multicoque. Membre de l’équipe de France, Champion du monde de F18 en 2012, équipier sur l’America’s Cup et en SailGP, c’est un régatier hors pair. François Gabart, Billy Besson, Franck Cammas et maintenant Thomas Coville : les plus grands ont fait appel à sa science du vol et son expertise des appendices. Avec son physique de rugbyman et son naturel discret et posé, Matthieu n’hésite jamais à apporter sa pierre à l’édifice en matière de performance. « J’aime remettre en question les réglages pour que le bateau soit bien dans ses lignes, ça me vient de ma formation sur des supports plus petits », explique-t-il. Véritable force tranquille, celui qui a suivi une formation de professeur des écoles n’a véritablement découvert le large que fin 2019 lors du convoyage de Sodebo Ultim 3 de l’Afrique du Sud vers la Bretagne. Pour autant, il n’appréhende pas la durée d’un tour du monde : « Pour moi, ça se rapproche plus d’une course que de l’aventure, j’ai l’impression que ça va passer très vite. » Moins de 40 jours ?

Martin Keruzoré

30 ans Mediaman-Régleur

Embarqué comme mediaman lors de la dernière course de Sodebo Ultim 3, Martin revient cette fois avec une double casquette : reporter embarqué mais aussi équipier hors quart apportant son soutien lors des manœuvres !

Martin Kéruzoré
crédit: V. Curutchet
Martin Kéruzoré
Mediaman
  • Date de naissance : 30/04/1989
  • Nationalité : Française
  • Rôle à bord : Mediaman
  • Devise : « Happy at sea »
  • Nombre de tentative de Jules Verne : 0

 

A propos de Martin

 

Il se voyait ingénieur ou architecte naval, Martin Keruzoré se retrouve finalement, la trentaine passée, à marcher dans les pas de son père Jean-René, spécialiste reconnu de la vidéo embarquée. Formé au maniement de la caméra lors de ses études à l’ESRA à Rennes, il vit une révélation en dévorant les images de la Volvo Ocean Race 2011-12, la première accueillant un media man à bord. Six ans plus tard, le voici à son tour dans ce rôle sur l’édition 2017-18, l’occasion pour lui de faire partager le quotidien des forçats de la course au large dans des conditions souvent hostiles. Son talent et son œil n’échappent pas à Thomas Coville, qui lui propose de l’embarquer sur la Brest Atlantiques puis sur le Trophée Jules Verne, séduit par « le regard bienveillant et malicieux » d’un jeune homme qui « représente une génération qui ose. » A bord, ce passionné de glisse, planchiste émérite, aura la double casquette de media man et d’équipier, « un vrai challenge sur 40 jours » A propos du Trophée Jules Verne, il confie : « C’est un rêve qui se réalise, j’ai la chance incroyable d’accompagner cet équipage qui est un melting-pot de plein d’expériences différentes. »

Abonnez-vous à la newsletter